Algorithmes and blouse du chimiste

A la mémoire de Christine Guillaumes, 

décédée brutalement dans la nuit du 11 janvier, encore jeune et pleine de projets.


Nous voici en 2022. Je vous la souhaite bonne, cette année, à la fin de laquelle certains ne se priveront pas de célébrer le bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur,  qui naquit le 27 décembre 1822 et qui n'était pas médecin, comme on le croit souvent, mais chimiste.

On en a gravé des rues à son nom ! Sans parler des avenues, des écoles et des instituts !

Or, la renommée de ce monsieur est clairement usurpée : les gens qui se gargarisent avec son nom, en entrainant la France dans ledit gargarisme avec des expressions comme ''le pays de Pasteur'' ne savent manifestement pas de quoi ils causent... 

Le mythe pasteurien est bâti sur du mensonge et de la triche

Le prétendu sauveur de l'Humanité inventeur de la vaccination s'est approprié les découvertes d'Antoine Béchamp, qui, lui, était bien médecin : il enseignait à la Faculté de Médecine de Montpellier la chimie médicale et pharmaceutique, notamment celle du ''terrain''. Il est l'inventeur de l'enzymologie, il a recencé des bactéries vieilles de plusieurs millions d'années, et il a découvert que le polymorphisme des microzymas peut les transformer en virus, bactéries, prions, et leur permet même de se retransformer en microzymas de base. 

Si son oeuvre est presque inconnue de nos jours c'est parce que Pasteur l'a discréditée au profit de ses intérêts personnels. Il a même intrigué pour lui faire perdre son poste universitaire. Loin d'être le personnage plein d'altruisme et de désintéressement qu'on nous vend, l'homme était au contraire une crapule comme on en fait peu, et heureusement ! Doublé d'un opportuniste et d'un charlatan.

Car l'histoire qu'on vous raconte à l'école n'est qu'un mensonge, devenu une vérité à force d'être asséné encore et encore : c'est à Henri Toussaint, professeur à l'Ecole Vétérinaire de Toulouse, que l'on doit le vaccin contre la rage. Non à Pasteur. Qui fit mourir un enfant de 12 ans en lui injectant un vaccin très dangereux à base de moelle desséchée : il échappa à la justice en falsifiant les faits et les résultats de ses expériences sur des lapins. En 1886 la méthode Pasteur avait fait déjà 74 victimes chez les humains, qui succombaient aux injections intensives du chimiste et la nouvelle maladie fût appelée rage des laboratoires. Sa méthode consistait à faire croire à la fréquence de la rage, alors qu'il s'agit d'une maladie rarissime : on reconnait ce procédé, aujourd'hui, le marketing de la peur, cette méthode bien connue servant aux fabricants de vaccins à écouler d'énormes quantités de doses, grâce à leurs complices, c'est à dire des médecins sans scrupules, les merdias et les gouvernements !

Pasteur fit mourir beaucoup d'humains et d'animaux. Lors d'une expérience restée fameuse, des centaines de moutons firent par exemple les frais de ses expériences lorsqu'il leur inocula son vaccin anticharbonneux. Je sais, ça vous la coupe, comme on dit familièrement. Mais tout ce que je vous dis là est documenté ! Lisez le livre du docteur Eric Ancelin, Pour en finir avec Pasteur. Je vous mets en lien une mini-condérence Youtube de l'auteur à la fin de cet article. Elle est très bien, pas très longue, synthétique, et agréable à écouter, car on nous explique tout avec l'accent du midi.😊😋😋

En gros, le microbe serait seul responsable, pour Pasteur, alors que pour les défenseurs de l'existence du terrain, comme par exemple Claude Bernard, il existe une réceptivité à la maladie : on la développe ou non selon une tendance acquise ou innée à développer cette pathologie selon des prédispositions.

C'est ainsi que le professeur Jean Bernard pose cette question : "Si dans la lutte contre le cancer on n'a pas avancé aussi vite que dans d'autres domaines c'est probablement parce qu'on s'est trop attaché aux théories de Pasteur... Ces virus proviennent-ils bien du dehors ?  Ne viendraient-ils pas plutôt de nos orgnismes traumatisés ?"

Nous sommes constitués en grande partie de virus

En effet ce sont les bactéries et les virus qui maintiennent notre équilibre biologique, ceux-ci ne devenant pathogènes que lorsque notre système immunitaire est perturbé et ne remplit plus son rôle : notre corps peut abriter de nombreux virus sans que nous soyons malades pour autant, d'où la récente invention de la catégorie "malades asymptomatiques", de cas, de cas contact et autres imbécillités. Il y a encore quelque temps, une personne allant consulter en l'absence de symptômes était qualifiée d'hypocondriaque. Aujourd'hui, invention d'une nouvelle norme, comme si c'était normal de courir se faire tester par millions, de faire tester ses enfants plusieurs fois par semaine, et d'attendre pour cela sous la pluie pendant des heures... Un coup à attraper un rhume pour de bon, et à se faire tester positif à l'Omicron !

Si cette chasse au virus est piteuse, ridicule et vouée à l'échec, c'est parce qu'en fait, notre corps lui-même est constitué de virus, nous l'avons dit, de bactéries et de toutes sortes de micro-organismes, à 57% ! En d'autres termes les bactéries et les virus sont, dans notre corps, plus nombreux que les cellules.

Le graphène, matériau-miracle

Il y a un mois et demi un autre chimiste était, lui, assassiné après la mise en ligne de sa vidéo consacrée aux propriétés du graphène, dans laquelle il insiste sur une carastéristique de ce matériau, dont il est spécialiste : c'est, nous dit Andreas Noack, un matériau extrêmement coupant, étant donné son extraordinaire résistance et surtout qu'il se présente sous une forme monocouche. Etant donné que le graphène est présent dans ces injections expérimentales (qu'on est forcé de se laisser injecter sous peine d'être mis en disponibilité ou privé de salle de sports, de restau et de chorale), on peut facilement imaginer qu'il est la cause du décès de tous ces gens morts d'une hémorragie interne. Ces personnes sont laminées, déchirées de l'interieur par ces nano-lames de rasoirs, nous dit l'éminent scientifique... Elles meurent de tromboses, d'hémorragies internes, d'AVC, leurs artères et leurs organes vitaux étant laminés par ces nano-lames de rasoirs.

Je viens d'apprendre la mort subite d'une amie d'enfance, décédée brutalement avant-hier d'une hémorragie interne après sa seconde injection de ''vaccin''. Vous allez me dire que le chagrin m'égare, mais je ne peux m'empêcher de faire le rapprochement entre la présence de graphène dans les vaccins et la façon dont cette amie est décédée brutalement avant-hier.

Las ! Les lanceurs d'alerte sont assassinés et les gens continuent à mourir de leur injection de graphène... Combien de morts faudra t-il encore pour que ces vaccins expérimentaux soient suspendus ? Et que diable fait donc ce graphène dans les vaccins ? demandait Noack. Question dérangeante apparemment puisqu'on a fait taire définitivement celui qui la posait.

Tout à l'heure, en faisant une recherche sur Goûts/Gueules et en utilisant ses algues au riz, je veux dire en utilisant les algorithmes de Google, j'ai constaté que le graphène recèle d'autres carastéristiques : celle d'être un matériau supraconducteur.

L'intérêt pour les matériaux supraconducteurs daterait de 1911. Mais depuis quelques années, l'un d'entre eux, le graphène, oui, bravo, présente l'avantage de réduire à quasiment rien la résistance. C'est de l'électricité dont on parle, plus exactement de son passage : le courant électrique est un déplacement d'électrons au cours duquel l'énergie se transforme en chaleur. On parle de résistance comme pour un grille pain ou un radiateur : la résistance provoque une déperdition de 10% de l'énergie dans le transport. Or ce problème trouve sa solution grâce au graphène : grâce à des feuilles d'atomes de carbone bicouche (de deux couches d'épaisseur) pouvant conduire l'électricité sans aucune résistance, une fois refroidies à une température avoisinant le zéro absolu, -273°C, les électrons peuvent traverser le matériau sans perte d'énergie. On n'ose imaginer la quantité de débouchés, batteries de voiture, systèmes électroniques, puces...

Donc, si grâce à l'algorithme de Google qui permet de faire une recherche croisée, on tape "hydroxyde de graphène et ADN", ou "hydroxyde de graphène et système immunitaire", on découvre que, outre l'économie d'énergie, l'hydroxyde de graphène permettrait aussi, qui l'eût cru, de séquencer l'ADN, grâce à un procédé à base de de nano-rubans...

On a tous vu passer ces vidéos montrant des vaccinés dont l'épaule attirait des cuillères et toutes sortes d'objets métalliques... Un phénomène d'attraction magnétique constaté des centaines, des milliers de fois... Qu'est-ce qui attire les objets métalliques, dans la substance appelée à tort vaccin ? Oui, encore lui, encore le graphène...

Des vaccins plus dangereux que les maladies

Décidément, ces vaccins expérimentaux qui nous font fabriquer nous-mêmes la partie toxique du virus, la protéine spike, et contiendraient du graphène expliquant la mort par hémorragie de tant de gens après leur injection semblent bien dangereux... Plus dangereux que la maladie, le virus et ses variants... 

Amusez-vous à taper ces quelques mots-clefs dans votre moteur de recherches et vous verrez : ADN et graphènebiotechnologies et vaccins ARNciseaux ADN et graphène... L'idée générale que moi j'ai retirée de mes recherches sur le graphène, après avoir vu la video de l'ingénieur chimiste assassiné il y a six semaines, c'est que cet intérêt soudain pour le graphène de ces tripatouilleurs de génomes et de coupeurs de brins d'ADN en quatre est transparent. Ce qui est pour le moins suspect, c'est que tous ces gens nient tout rapport entre leurs recherches sur le gain de fonction, c'est à dire les copiés-collés auxquels ils se sont livrés sur le patrimoine génétique du virus pour améliorer sa dangerosité en le rendant plus transmissible, alors qu'ils sont évidents, comme vous le constaterez vous-mêmes en faisant la recherche par mots-clefs que je vous propose.

Il y a cent cinquante ans c'était les débuts de la vaccination, inventée en réalité par Jenner, cent ans auparavant... Tapez aussi ce nom si vous n'avez jamais entendu parler de ce médecin anglais qui vivait au XVIIIème siècle. Internet n'existait pas, et nul n'avait jamais entendu parler d'un virus amélioré en laboratoire par des gens disposant de ciseaux ADN, encore moins d'une substance expérimentale qu'on serait obligé de se laisser injecter par le lobby des industriels de la pharmacie, secondés par l'Ordre des Médecins, les institutions et les gouvernements ayant consenti à livrer ses citoyens et leurs enfants pour les besoins de ladite expérience.

Qu'en dirait monsieur Pasteur, s'il était encore parmi nous, lui que les scrupules n'étouffaient pas ?

Et vous, vous en pensez quoi ?


Liens internet :

https://www.youtube.com/watch?v=nSpbQwRnx6k

https://inbound.lasuperagence.com/blog/graphene-definition 

https://fr.swissquote.com/sites/default/files/2021-02/swi_1_epaper_fr.pdf

https://www.academie-sciences.fr/archivage_site/activite/conf/exposeMontambaux_290211.pdf

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/graphene-graphene-pourrait-faciliter-sequencage-adn-61303/


Commentaires

  1. Excellent article, à tous points de vues. Je me souviens de cette révélation: l'institut Pasteur, entreprise privée appartenant à Elf Aquitaine (hé oui) dictait au ministère de la Santé quelles vaccins rendre obligatoires, sans aucun autre conrtôle que le leur.
    Vous avez remarqué que chaque fois qu'on trouve des ordures, ils a aussi des employés en vert?
    Personne ne les accuserait de produire les ordures.
    Merci pour ce vrai travail clair et exhaustif.

    RépondreSupprimer
  2. Un article remarquable.
    Le dogme vaccinal, n'a JAMAIS été prouvé scientifiquement...

    https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/BORGOMANO-2014.pdf

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés